Sideroxylon spinosum Endémiques du Maroc et d'Algérie

Synonyme : Argania spinosa (L.) Skeels

Le genre Argania doit être incorporé dans le genre Sideroxylon (Stride et al. 2014) & (Khayi et al., 2020

Sideroxylon spinosum L. #1

Sideroxylon spinosum L. [photo 1/27]

L'argane (nom local berbère) possède un bois très dur et lourd, une écorce rugueuse craquelée en « peau de serpent ».

Crédit photographique : Jean-Paul Peltier

Télécharger [1100x1467 px, 1 804,13 Ko]

Sideroxylon spinosum L. [photo 1/27]

L'argane (nom local berbère) possède un bois très dur et lourd, une écorce rugueuse craquelée en « peau de serpent ».

Crédit photographique : Jean-Paul Peltier

Télécharger [1100x1467 px, 1 804,13 Ko]

Sideroxylon spinosum L. [photo 2/27]

L'arganier pratique la stratégie d'échappement représentée par la chute estivale d'une partie du feuillage. La défoliation est toujours liée à des épisodes de sécheresse particulièrement sévères tels que les jours de chergui, vent du sud, chaud et sec d'origine saharienne.

Crédit photographique : Rémi Chaussod

Télécharger [1027x686 px, 488,55 Ko]

Sideroxylon spinosum L. [photo 2/27]

L'arganier pratique la stratégie d'échappement représentée par la chute estivale d'une partie du feuillage. La défoliation est toujours liée à des épisodes de sécheresse particulièrement sévères tels que les jours de chergui, vent du sud, chaud et sec d'origine saharienne.

Crédit photographique : Rémi Chaussod

Télécharger [1027x686 px, 488,55 Ko]

Sideroxylon spinosum L. [photo 3/27]

Dans beaucoup d'endroits l'arganier est réduit à l'état de buissons médiocres, broutés à outrance. Le feuillage est un véritable pâturage suspendu et la seule nourriture des troupeaux pendant la saison sèche.

Crédit photographique : Jean-Paul Peltier

Télécharger [1100x747 px, 575,68 Ko]

Sideroxylon spinosum L. [photo 3/27]

Dans beaucoup d'endroits l'arganier est réduit à l'état de buissons médiocres, broutés à outrance. Le feuillage est un véritable pâturage suspendu et la seule nourriture des troupeaux pendant la saison sèche.

Crédit photographique : Jean-Paul Peltier

Télécharger [1100x747 px, 575,68 Ko]

Sideroxylon spinosum L. [photo 4/27]

Le vent le long du littoral a une intensité telle qu'il perturbe la croissance des arganiers qui adoptent un port en drapeau (Agadir).

Crédit photographique : Bernard Doche

Télécharger [936x683 px, 394,27 Ko]

Sideroxylon spinosum L. [photo 4/27]

Le vent le long du littoral a une intensité telle qu'il perturbe la croissance des arganiers qui adoptent un port en drapeau (Agadir).

Crédit photographique : Bernard Doche

Télécharger [936x683 px, 394,27 Ko]

Sideroxylon spinosum L. [photo 5/27]

Le fruit est une baie vert jaunâtre, de forme et de dimension variables qui renferme deux ou trois graines soudées à téguments sclérifés (fausse drupe). Des fruits récoltés est extrait une huile très appréciée au plan gastronomique.

Crédit photographique : Fouad Msanda

Télécharger [1701x1276 px, 524,94 Ko]

Sideroxylon spinosum L. [photo 5/27]

Le fruit est une baie vert jaunâtre, de forme et de dimension variables qui renferme deux ou trois graines soudées à téguments sclérifés (fausse drupe). Des fruits récoltés est extrait une huile très appréciée au plan gastronomique.

Crédit photographique : Fouad Msanda

Télécharger [1701x1276 px, 524,94 Ko]

Sideroxylon spinosum L. [photo 6/27]

Le fruit  est une baie vert jaunâtre, de forme et de dimension variables qui renferme deux ou trois graines soudées à téguments sclérifés (fausse drupe). Des fruits récoltés est extrait une huile très appréciée au plan gastronomique.

Crédit photographique : Jean-Paul Peltier

Télécharger [1100x825 px, 1 066,16 Ko]

Sideroxylon spinosum L. [photo 6/27]

Le fruit  est une baie vert jaunâtre, de forme et de dimension variables qui renferme deux ou trois graines soudées à téguments sclérifés (fausse drupe). Des fruits récoltés est extrait une huile très appréciée au plan gastronomique.

Crédit photographique : Jean-Paul Peltier

Télécharger [1100x825 px, 1 066,16 Ko]

Sideroxylon spinosum L. [photo 7/27]

Les fleurs apparaissent au printemps sous la forme de petits glomérules axillaires et sessiles. Elles sont hermaphrodites, protogynes, de type 5, gamopétales à tube très court.

Crédit photographique : Fouad Msanda

Télécharger [1701x1276 px, 467,26 Ko]

Sideroxylon spinosum L. [photo 7/27]

Les fleurs apparaissent au printemps sous la forme de petits glomérules axillaires et sessiles. Elles sont hermaphrodites, protogynes, de type 5, gamopétales à tube très court.

Crédit photographique : Fouad Msanda

Télécharger [1701x1276 px, 467,26 Ko]

Sideroxylon spinosum L. [photo 8/27]

L'arganeraie a fortement régressé, aussi bien en surface qu'en densité. Le mode de régénération naturel de l'arganier est le semis de graines que l'on observe dans certaines zones bien protégées.

Crédit photographique : Jean-Paul Peltier

Télécharger [703x958 px, 424,27 Ko]

Sideroxylon spinosum L. [photo 8/27]

L'arganeraie a fortement régressé, aussi bien en surface qu'en densité. Le mode de régénération naturel de l'arganier est le semis de graines que l'on observe dans certaines zones bien protégées.

Crédit photographique : Jean-Paul Peltier

Télécharger [703x958 px, 424,27 Ko]

Organisation de l’espace dans l’arganeraie [photo 9/27]

L'arganier - arbre multiusages - est le pivot de systèmes agroforestiers qui ont réussi jusqu'ici à subvenir aux besoins des habitants de ces zones arides et semi-arides fortement marquées par les aléas climatiques. Autour des douars, on remarque des espaces privés cultivés (orge) et des espaces non cultivés exploités sur un mode collectif (bois, huile, élevage de caprins).

Crédit photographique : Jean-Paul Peltier

Télécharger [1100x825 px, 890,36 Ko]

Organisation de l’espace dans l’arganeraie [photo 9/27]

L'arganier - arbre multiusages - est le pivot de systèmes agroforestiers qui ont réussi jusqu'ici à subvenir aux besoins des habitants de ces zones arides et semi-arides fortement marquées par les aléas climatiques. Autour des douars, on remarque des espaces privés cultivés (orge) et des espaces non cultivés exploités sur un mode collectif (bois, huile, élevage de caprins).

Crédit photographique : Jean-Paul Peltier

Télécharger [1100x825 px, 890,36 Ko]

Organisation de l’espace dans l’arganeraie [photo 10/27]

L'arganier - arbre multiusages - est le pivot de systèmes agroforestiers qui ont réussi jusqu'ici à subvenir aux besoins des habitants de ces zones arides et semi-arides fortement marquées par les aléas climatiques. Autour des douars, on remarque des espaces privés cultivés (orge) et des espaces non cultivés exploités sur un mode collectif (bois, huile, élevage de caprins).

Crédit photographique : Jean-Paul Peltier

Télécharger [1100x825 px, 1 000,05 Ko]

Organisation de l’espace dans l’arganeraie [photo 10/27]

L'arganier - arbre multiusages - est le pivot de systèmes agroforestiers qui ont réussi jusqu'ici à subvenir aux besoins des habitants de ces zones arides et semi-arides fortement marquées par les aléas climatiques. Autour des douars, on remarque des espaces privés cultivés (orge) et des espaces non cultivés exploités sur un mode collectif (bois, huile, élevage de caprins).

Crédit photographique : Jean-Paul Peltier

Télécharger [1100x825 px, 1 000,05 Ko]

Arganeraie inframéditerranéenne à euphorbe oursin [photo 11/27]

L'arganeraie à euphorbe oursin couvre de grandes surfaces dans l'Anti-Atlas (Kerdous, plateaux bordiers, massif de Lakhsass, massif d'Ifni) entre 200 et 900 m d'altitude, en fonction de l'exposition, sur des matériaux essentiellement constitués de calcaires et de dolomie.

Crédit photographique : Fouad Msanda

Télécharger [1100x825 px, 845,33 Ko]

Arganeraie inframéditerranéenne à euphorbe oursin [photo 11/27]

L'arganeraie à euphorbe oursin couvre de grandes surfaces dans l'Anti-Atlas (Kerdous, plateaux bordiers, massif de Lakhsass, massif d'Ifni) entre 200 et 900 m d'altitude, en fonction de l'exposition, sur des matériaux essentiellement constitués de calcaires et de dolomie.

Crédit photographique : Fouad Msanda

Télécharger [1100x825 px, 845,33 Ko]

Arganeraie inframéditerranéenne à euphorbe oursin [photo 12/27]

Dans le massif d'Ifni, l'euphorbe du Roi Juba est très présente et confère au paysage un cachet tropical indéniable.

Crédit photographique : Fouad Msanda

Télécharger [1100x825 px, 840,26 Ko]

Arganeraie inframéditerranéenne à euphorbe oursin [photo 12/27]

Dans le massif d'Ifni, l'euphorbe du Roi Juba est très présente et confère au paysage un cachet tropical indéniable.

Crédit photographique : Fouad Msanda

Télécharger [1100x825 px, 840,26 Ko]

Criquets pèlerins sur arganier [photo 13/27]

En 2004, des essaims de criquets pèlerins sont arrivés dans le sud du Maroc (ici route Akka-Tata) et sont remontés assez loin vers nord. Ces essaims ont des répercussions notables en agriculture et dans la gestion des ressources végétales du pays.

Crédit photographique : Jean-Paul Peltier

Télécharger [1100x825 px, 871,56 Ko]

Criquets pèlerins sur arganier [photo 13/27]

En 2004, des essaims de criquets pèlerins sont arrivés dans le sud du Maroc (ici route Akka-Tata) et sont remontés assez loin vers nord. Ces essaims ont des répercussions notables en agriculture et dans la gestion des ressources végétales du pays.

Crédit photographique : Jean-Paul Peltier

Télécharger [1100x825 px, 871,56 Ko]

Criquets pèlerins sur arganier [photo 14/27]

En 2004, des essaims de criquets pèlerins sont arrivés dans le sud du Maroc (ici route Akka-Tata) et sont remontés assez loin vers nord. Ces essaims ont des répercussions notables en agriculture et dans la gestion des ressources végétales du pays.

Crédit photographique : Jean-Paul Peltier

Télécharger [1100x825 px, 1 143,74 Ko]

Criquets pèlerins sur arganier [photo 14/27]

En 2004, des essaims de criquets pèlerins sont arrivés dans le sud du Maroc (ici route Akka-Tata) et sont remontés assez loin vers nord. Ces essaims ont des répercussions notables en agriculture et dans la gestion des ressources végétales du pays.

Crédit photographique : Jean-Paul Peltier

Télécharger [1100x825 px, 1 143,74 Ko]

Formation à arganier et Acacia tortilis (Forsskal) Hayne [photo 15/27]

La formation se localise dans les zones colluviales et les bas fonds, entre Guelmim et Assa. Du point du vue floristique on peut y reconnaître Limoniastrum feii (Girard) Batt. var. grandiflorum Maire et Wilczek, endémique, qui caractérise un peuplement très original du point de vue floristique (Quézel, Barbéro, Benabid et Rivas-Martinez, 1995) .

Crédit photographique : Jean-Paul Peltier

Télécharger [1100x825 px, 743,27 Ko]

Formation à arganier et Acacia tortilis (Forsskal) Hayne [photo 15/27]

La formation se localise dans les zones colluviales et les bas fonds, entre Guelmim et Assa. Du point du vue floristique on peut y reconnaître Limoniastrum feii (Girard) Batt. var. grandiflorum Maire et Wilczek, endémique, qui caractérise un peuplement très original du point de vue floristique (Quézel, Barbéro, Benabid et Rivas-Martinez, 1995) .

Crédit photographique : Jean-Paul Peltier

Télécharger [1100x825 px, 743,27 Ko]

Formation à arganier et Acacia tortilis (Forsskal) Hayne [photo 16/27]

La formation se localise dans les zones colluviales et les bas fonds, entre Guelmim et Assa. Du point du vue floristique on peut y reconnaître Limoniastrum feii (Girard) Batt. var. grandiflorum Maire et Wilczek, endémique, qui caractérise un peuplement très original du point de vue floristique (Quézel, Barbéro, Benabid et Rivas-Martinez, 1995). On peut reconnaître Calotropis procera (Aiton) Aiton fil. à proximité des arganiers.

Crédit photographique : Jean-Paul Peltier

Télécharger [1100x825 px, 887,31 Ko]

Formation à arganier et Acacia tortilis (Forsskal) Hayne [photo 16/27]

La formation se localise dans les zones colluviales et les bas fonds, entre Guelmim et Assa. Du point du vue floristique on peut y reconnaître Limoniastrum feii (Girard) Batt. var. grandiflorum Maire et Wilczek, endémique, qui caractérise un peuplement très original du point de vue floristique (Quézel, Barbéro, Benabid et Rivas-Martinez, 1995). On peut reconnaître Calotropis procera (Aiton) Aiton fil. à proximité des arganiers.

Crédit photographique : Jean-Paul Peltier

Télécharger [1100x825 px, 887,31 Ko]

Versant sud du Lkest et vallée des Ameln [photo 17/27]

Le massif quartzitique du jbel Lkest (Anti-Atlas occidental) renferme de nombreuses endémiques (Halimium antiatlanticum, Teucrium werneri, Jasonia antiatlantica, Satureja arganietorum, etc.) et son sommet (2374 m) porte les populations les plus méridionales de chêne vert du Maroc.

Au premier plan, l'arganeraie de la vallée des Ameln (schistes ) caractérisée floristiquement par Convolvulus trabutianus (l'espèce est surtout bien visible sur les glacis versant du piémont du massif). La montagne (ici le versant sud) a été méthodiquement déboisée et se caractérise par un grand développement des matorrals à Lavandes, Cistes et Cytise (Teline segonnei endémique). Il n'existe dans le massif que quelques stations de Thuya de Barbarie ; en revanche, le Caroubier - plante fourragère - est plus présent. Quelques Pistachier de l'Atlas - espèce très rustique donnant un excellent bois de feu - existent aussi çà et là.

Crédit photographique : Jean-Paul Peltier

Télécharger [1100x722 px, 961,12 Ko]

Versant sud du Lkest et vallée des Ameln [photo 17/27]

Le massif quartzitique du jbel Lkest (Anti-Atlas occidental) renferme de nombreuses endémiques (Halimium antiatlanticum, Teucrium werneri, Jasonia antiatlantica, Satureja arganietorum, etc.) et son sommet (2374 m) porte les populations les plus méridionales de chêne vert du Maroc.

Au premier plan, l'arganeraie de la vallée des Ameln (schistes ) caractérisée floristiquement par Convolvulus trabutianus (l'espèce est surtout bien visible sur les glacis versant du piémont du massif). La montagne (ici le versant sud) a été méthodiquement déboisée et se caractérise par un grand développement des matorrals à Lavandes, Cistes et Cytise (Teline segonnei endémique). Il n'existe dans le massif que quelques stations de Thuya de Barbarie ; en revanche, le Caroubier - plante fourragère - est plus présent. Quelques Pistachier de l'Atlas - espèce très rustique donnant un excellent bois de feu - existent aussi çà et là.

Crédit photographique : Jean-Paul Peltier

Télécharger [1100x722 px, 961,12 Ko]

Versant sud du Lkest et vallée des Ameln [photo 18/27]

Le massif quartzitique du jbel Lkest (Anti-Atlas occidental)) renferme de nombreuses endémiques (Halimium antiatlanticum, Teucrium werneri, Jasonia antiatlantica, Satureja arganietorum, etc.) et son sommet (2374 m) porte les populations les plus méridionales de chêne vert du Maroc. Au premier plan, l'arganeraie de la vallée des Ameln (schistes ) caractérisée floristiquement par Convolvulus trabutianus (l'espèce est surtout bien visible sur les glacis versant du piémont du massif). La montagne (ici le versant sud) a été méthodiquement déboisée et se caractérise par un grand développement des matorrals à Lavandes, Cistes et Cytise (Teline segonnei, endémique). Il n'existe dans le massif que quelques stations de Thuya de Barbarie; en revanche, le Caroubier - plante fourragère - est plus présent. Quelques Pistachier de l'Atlas – espèce très rustique donnant un excellent bois de feu – existent aussi çà et là.

Crédit photographique : Jean-Paul Peltier

Télécharger [1100x825 px, 1 037,81 Ko]

Versant sud du Lkest et vallée des Ameln [photo 18/27]

Le massif quartzitique du jbel Lkest (Anti-Atlas occidental)) renferme de nombreuses endémiques (Halimium antiatlanticum, Teucrium werneri, Jasonia antiatlantica, Satureja arganietorum, etc.) et son sommet (2374 m) porte les populations les plus méridionales de chêne vert du Maroc. Au premier plan, l'arganeraie de la vallée des Ameln (schistes ) caractérisée floristiquement par Convolvulus trabutianus (l'espèce est surtout bien visible sur les glacis versant du piémont du massif). La montagne (ici le versant sud) a été méthodiquement déboisée et se caractérise par un grand développement des matorrals à Lavandes, Cistes et Cytise (Teline segonnei, endémique). Il n'existe dans le massif que quelques stations de Thuya de Barbarie; en revanche, le Caroubier - plante fourragère - est plus présent. Quelques Pistachier de l'Atlas – espèce très rustique donnant un excellent bois de feu – existent aussi çà et là.

Crédit photographique : Jean-Paul Peltier

Télécharger [1100x825 px, 1 037,81 Ko]

Sideroxylon spinosum L. [photo 19/27]

Argane en Berbère. L'origine du mot viendrait de serg, qui désigne chez la tribu des Aït Bouzemmour, faire du bois, qui a donné par la suite erg, puis ergen synonyme de noyau d'arganier et argan arbre au bois lourd ou arbre au bois de fer. L'arganier est un arbre à croissance très lente et on ne peut estimer son âge qu'approximativement. Sa longévité serait de l'ordre de 250 ans. De nombreux récits parlent d'arbres beaucoup plus âgés, jusqu'à 400 ans. Ici, la circonférence de l'arbre est de 6 m environ.

Crédit photographique : Fouad Msanda

Télécharger [1200x900 px, 1 261,20 Ko]

Sideroxylon spinosum L. [photo 19/27]

Argane en Berbère. L'origine du mot viendrait de serg, qui désigne chez la tribu des Aït Bouzemmour, faire du bois, qui a donné par la suite erg, puis ergen synonyme de noyau d'arganier et argan arbre au bois lourd ou arbre au bois de fer. L'arganier est un arbre à croissance très lente et on ne peut estimer son âge qu'approximativement. Sa longévité serait de l'ordre de 250 ans. De nombreux récits parlent d'arbres beaucoup plus âgés, jusqu'à 400 ans. Ici, la circonférence de l'arbre est de 6 m environ.

Crédit photographique : Fouad Msanda

Télécharger [1200x900 px, 1 261,20 Ko]

Sideroxylon spinosum L. [photo 20/27]

Steppisation de l'arganeraie semi-aride. L'élimination des arganiers par diverses activités de déforestation (coupes abusives, surpâturage, défrichements) conduit à un développement spectaculaire de l'euphorbe de Beaumier (Euphorbia officinarum subsp. officinarum).

Crédit photographique : Fouad Msanda

Télécharger [1200x900 px, 1 598,07 Ko]

Sideroxylon spinosum L. [photo 20/27]

Steppisation de l'arganeraie semi-aride. L'élimination des arganiers par diverses activités de déforestation (coupes abusives, surpâturage, défrichements) conduit à un développement spectaculaire de l'euphorbe de Beaumier (Euphorbia officinarum subsp. officinarum).

Crédit photographique : Fouad Msanda

Télécharger [1200x900 px, 1 598,07 Ko]

Sideroxylon spinosum L. [photo 21/27]

Les fleurs apparaissent au printemps sous la forme de petits glomérules axillaires et sessiles. Elles sont hermaphrodites, protogynes, de type 5, gamopétales à tube très court.

Crédit photographique : Ralph Mangelsdorff

Télécharger [2160x1440 px, 177,79 Ko]

Sideroxylon spinosum L. [photo 21/27]

Les fleurs apparaissent au printemps sous la forme de petits glomérules axillaires et sessiles. Elles sont hermaphrodites, protogynes, de type 5, gamopétales à tube très court.

Crédit photographique : Ralph Mangelsdorff

Télécharger [2160x1440 px, 177,79 Ko]

Sideroxylon spinosum L. [photo 22/27]

Les fleurs apparaissent au printemps sous la forme de petits glomérules axillaires et sessiles. Elles sont hermaphrodites, protogynes, de type 5, gamopétales à tube très court.

Crédit photographique : Jean-Claude Thiaudière

Télécharger [1276x957 px, 372,26 Ko]

Sideroxylon spinosum L. [photo 22/27]

Les fleurs apparaissent au printemps sous la forme de petits glomérules axillaires et sessiles. Elles sont hermaphrodites, protogynes, de type 5, gamopétales à tube très court.

Crédit photographique : Jean-Claude Thiaudière

Télécharger [1276x957 px, 372,26 Ko]

Sideroxylon spinosum L. [photo 23/27]

À l'état adulte, lorsqu'il n'est pas mutilé ou soumis à l'action des troupeaux, ce qui est exceptionnel, c'est un arbre de grande taille à tronc court et tourmenté et très grande couronne.

Crédit photographique : Jean-Paul Peltier

Télécharger [850x638 px, 656,70 Ko]

Sideroxylon spinosum L. [photo 23/27]

À l'état adulte, lorsqu'il n'est pas mutilé ou soumis à l'action des troupeaux, ce qui est exceptionnel, c'est un arbre de grande taille à tronc court et tourmenté et très grande couronne.

Crédit photographique : Jean-Paul Peltier

Télécharger [850x638 px, 656,70 Ko]

Argan seeds germinations [photo 24/27]

La forêt d'arganiers a disparu de la plaine du Souss et les peuplements restants sont très morcelés et souvent fortement dégradés. La gestion traditionnelle est désormais limitée aux régions montagneuses, avec l'exploitation de la forêt d'arganiers pour l'huile d'arganier, le bétail, le bois de chauffage et le défrichement occasionnel pour la culture de céréales. Ce type de gestion est propice à la préservation des ressources naturelles et à la germination des graines d'arganiers.

Crédit photographique : Fouad Msanda

Télécharger [2340x1824 px, 3 531,48 Ko]

Argan seeds germinations [photo 24/27]

La forêt d'arganiers a disparu de la plaine du Souss et les peuplements restants sont très morcelés et souvent fortement dégradés. La gestion traditionnelle est désormais limitée aux régions montagneuses, avec l'exploitation de la forêt d'arganiers pour l'huile d'arganier, le bétail, le bois de chauffage et le défrichement occasionnel pour la culture de céréales. Ce type de gestion est propice à la préservation des ressources naturelles et à la germination des graines d'arganiers.

Crédit photographique : Fouad Msanda

Télécharger [2340x1824 px, 3 531,48 Ko]

Sideroxylon spinosum L. [photo 25/27]

Les fleurs apparaissent au printemps sous la forme de petits glomérules axillaires et sessiles. Elles sont hermaphrodites, protogynes, de type 5, gamopétales à tube très court.

Crédit photographique : Jean-Claude Thiaudière

Télécharger [1276x1037 px, 395,00 Ko]

Sideroxylon spinosum L. [photo 25/27]

Les fleurs apparaissent au printemps sous la forme de petits glomérules axillaires et sessiles. Elles sont hermaphrodites, protogynes, de type 5, gamopétales à tube très court.

Crédit photographique : Jean-Claude Thiaudière

Télécharger [1276x1037 px, 395,00 Ko]

Arganiers de la vallée des Ameln [photo 26/27]

Dans la boutonnière précambrienne du Kerdous (Anti-Atlas occidental) le Jbel Lkest (2374 m) dessine un croissant concave vers le S. Ses parois très raides, constituées de roches métasédimentaires surtout quarzitiques (685 Ma années), dominent la vallée des Ameln dégagée dans des schistes qui représentent le socle le plus ancien de l'Anti-Atlas (environ 2 Ga).

Crédit photographique : Jean-Paul Peltier

Télécharger [1417x1063 px, 1 678,14 Ko]

Arganiers de la vallée des Ameln [photo 26/27]

Dans la boutonnière précambrienne du Kerdous (Anti-Atlas occidental) le Jbel Lkest (2374 m) dessine un croissant concave vers le S. Ses parois très raides, constituées de roches métasédimentaires surtout quarzitiques (685 Ma années), dominent la vallée des Ameln dégagée dans des schistes qui représentent le socle le plus ancien de l'Anti-Atlas (environ 2 Ga).

Crédit photographique : Jean-Paul Peltier

Télécharger [1417x1063 px, 1 678,14 Ko]

Phénomène de facilitation : effet de nurserie (nurse effect) [photo 27/27]

L'euphorbe a facilité la germination et le développement de l'arganier (effet de nurserie, nurse effect). Mais, comme on peut le voir, l'arganier n'est plus soustrait à la pression des chèvres.

Crédit photographique : Ahmed El Aboudi

Télécharger [1563x1409 px, 1 098,43 Ko]

Phénomène de facilitation : effet de nurserie (nurse effect) [photo 27/27]

L'euphorbe a facilité la germination et le développement de l'arganier (effet de nurserie, nurse effect). Mais, comme on peut le voir, l'arganier n'est plus soustrait à la pression des chèvres.

Crédit photographique : Ahmed El Aboudi

Télécharger [1563x1409 px, 1 098,43 Ko]

Chargement en cours...